Djuena Tikuna + Elisapie

01/11/2019

Samedi 9 novembre | 20h30 | Les Trois Baudets, Paris 18e

Plus d'infos/Réserver

Djuena Tikuna
Avec sa voix flûtée et ses lentes complaintes, Djuena – dont le prénom signifie « le jaguar qui saute dans la rivière » – s’est faite le porte-parole des Tikunas. Ce peuple vit depuis des millénaires dans la forêt amazonienne, dans une région dite des « trois frontières », parce que, d’après les cartes, le Brésil, la Colombie et le Pérou s’y touchent. Les Tikunas sont encore près de 60 000 à y vivre des fruits de leurs plantations et des résultats de leurs parties de pêche ou de chasse. Le 23 août 2017, Djuena a été la première Amérindienne à chanter dans leur langue au Teatro Amazonas, l'opéra de Manaus, qui a pourtant été construit il y a plus de 120 ans, à l'époque où cette capitale régionale, soudain enrichie par le commerce du caoutchouc, se permettait toutes les folies. Cette période est révolue et Djuena Tikuna appelle dans ses chansons à renouer avec la sagesse des premiers Américains…

 

Elisapie
Ça sent bon le sapin, chez Elisapie Isaac, le grand sapin blanc sous lequel s’ébrouent les ours, les loups et les motos-neige. La chanteuse, journaliste et documentariste est en effet originaire de Salluit, petit village du grand nord québécois, une lande libérée des glaces il y a à peine 8 000 ans. Depuis son enfance, Elisapie fait souffler sur les scènes du Canada un vent chargé d’histoire, contant à tous le passé et le présent du peuple inuit, établi là dès le néolithique. Pourtant tout, dans ses disques givrés ou ses concerts chaleureux, est hautement personnel : ses reprises de classiques aborigènes, ses empilements de percussions dans lesquelles vient s’emmitoufler une vie riche en émotions… Attention : voix unique !

 

AUTOUR DU CONCERT :
Dès 17h30, en accès libre - Projection du documentaire "Les Rivières Volantes" et débat "Amazonie : les artistes prennent la parole"Plus d'infos

Retour