samedi 7 novembre 2015 • 20h30
L'Embarcadère Aubervilliers 5 rue Edouard Poisson 01 48 36 34 02

Rejoindre sur Facebook

Orchestre El Mawsili / 1ère partie Simon Elbaz "Matrouz en trio"

Musiques arabo-andalouses et Matrouz (Musiques Entrecroisées)

Orchestre El Mawsili / 1ère partie  Simon Elbaz "Matrouz en trio"

C’est en Seine-Saint-Denis qu’est basé ce grand ensemble regroupant une cinquantaine de chanteurs et d’instrumentistes passionnés de musique arabo-andalouse. Une poésie qui chante l’amour courtois, la séparation déchirante, l’amitié indispensable, contemple la beauté de la nature, déplore l’exil et cultive la nostalgie. Transmise oralement de maître à disciple, cette musique savante n’en demeure pas moins régie par des règles à structure complexe. En effet, elle est structurée en suite de pièces vocales et instrumentales que l’on nomme « Nouba ». Les instruments utilisés ont pour une partie d’entre eux, une origine qui remonte au haut moyen âge, comme le ‘Ud charqi (luth oriental) ou le kamamdja (violon européen). Une musique élégante pour un voyage hors du temps !

Ce concert vous donne accès à la projection du documentaire "Juifs et Musulmans - si loin, si proches" - Réalisation Karim Miské au cinéma Le Studio, Samedi 7 nov. à 16h30. 

Pour les premiers billets achetés : accès gratuit sur réservation au 01 48 36 34 02. (quota limité)

Au delà de ce quota d’invitations, un Tarif préférentiel de 3 euros sera accordé aux personnes munies du billet du concert du soir (réservation auprès du Cinéma Le Studio).

Retrouvez Simon Elbaz en interview

Simon Elbaz "Matrouz en trio" avec également Rachid Brahim-Djelloul, Noureddine Aliane. 

Retour

• 20h30

Simon Elbaz "Matrouz en trio"

Matrouz (musique judéo-espagnole)

Simon Elbaz "Matrouz en trio"

Simon Elbaz, musicien juif–marocain et membre de l’Ensemble El Mawsili, a développé son propre style à partir du matrouz - en arabe « ce qui est brodé ». Renouant avec ce patrimoine culturel judéo-arabe rattaché au creuset hébraïque, musulman et chrétien de l’Andalousie pluriculturelle, Simon Elbaz s’est inspiré dans un premier temps de cet art basé principalement sur l’alternance de textes profanes et sâcrés, et de deux langues, l’arabe et l’hébreu. Mais il s’en empare pour le développer en s’appuyant sur un procédé de composition fondé essentiellement sur l’entrecroisement de langues: hébreu, arabe, français, latin, judéo-espagnol, et de musiques : judéo-arabe, maghrébo-andalouse, orientale, médiévale… A capella ou accompagnés au luth et au violon, les chants sont ponctués de courtes séquences poétiques en français ou d’improvisations instrumentales.

Retour