vendredi 16 octobre 2020 • 15H

Plateau « Nouvelle scène traditionnelle »

Plateau « Nouvelle scène traditionnelle »

Entrée libre sur réservation :
reservation@villesdesmusiquesdumonde.com ou 01 48 36 34 02

 

Mbraia, Horla & Bertolino Le Gac

La tradition est une invention permanente. De Dunkerque à Toulon, de Mulhouse à Brest, des centaines de musiciens échafaudent de nouvelles géographies sonores. Ils connectent des instruments parfois centenaires aux outils d’aujourd’hui et retrouvent dans les formes de vie commune d’hier (bals, polyphonies...) des modes de partage sobres et simples en phase avec le monde qui vient. Cette année, le festival s’associe à la FAMDT (Fédération des acteurs et actrices des musiques et danses traditionnelles) pour présenter trois formations emblématiques de ces autres « musiques d’ici ». Bertolino Le Gac réunit pour de nouvelles explorations sonores deux des musiciens de Dupain, un groupe qui a laissé une empreinte durable sur la musique marseillaise. Dernier duo, Mbraia fait frémir de plaisir les parquets de danse avec leurs bourrées électrisées et électrisantes. Mieux que le Tour de France : une traversée de l’hexagone qui ne passe que par des sommets ! 

Plateau « Nouvelle scène traditionnelle »

 

Retour

Bertolino Le Gac

Bertolino Le Gac

Dans son nouveau répertoire, baptisé Ubiquité, Bertolino le Gac pousse son hybridation musicale un peu plus loin ; Gurvant le Gac prolonge sa
flûte au contact d’une MPC (séquenceur, échantillonneur multi effet) et d’une recherche sur les delays, Pierre Laurent Bertolino explore la vielle à
roue au contact de pédales d’effets, de saturations et d’un sampler. Le matériau acoustique est détourné, prolongé et retravaillé par l’utilisation de
machines ; l’exploration sonore des textures des instruments est au coeur du processus de création.

Retour

Mbraia

Mbraia © DR

Les guitares s’étirent, vrombissent, le cajón respire et palpite. Les voix éclatent de ces mots anciens nécessaires aujourd’hui. Alors les corps glissent et soupirent, les souliers crissent et transpirent. La fièvre s’empare du parquet qui rougit, fume de désir. Paulin Courtial (guitares, voix) et Arnaud Cance (percussions, voix) puisent dans la matière du chant populaire Occitan une énergie qui déclenche les
rouages de la machine à danser. Leurs arrangements, entre force brutale et infinie douceur, rendent hommage aux textes de ces poètes inconnus qui ont marqué la mémoire collective. Chaussez-vous solidement et laissez-vous happer par la transe, Mbraia balance ton bal !

Retour

Horla

Horla © Eric Legret

L’une a plongé violoncelle au dos dans les musiques populaires des Balkans et du Moyen-Orient. Elle est une des rares françaises à jouer de la gadulka, pretant à la viole bulgare un jeu qui doit autant aux gambistes qu'aux violoneux. L’autre a grandi au son du banjo 5 cordes et du Bluegrass des bas fonds britanniques, se hissant lentement au rang de chanteur et instrumentiste incontournable de la culture acoustique américaine en Bretagne. Le fossé stylistique qui les sépare ne les a pas empêchés de se tourner autour pendant des années, développant une admiration mutuelle et une grande amitié. Ne manquait qu’un premier prétexte pour se lancer dans une collaboration, laquelle a révélé des évidences artistiques et posée les jalons d’un avenir dense et créatif.

Retour

COVID-19

[ Réservez vos places à l'avance, les jauges sont très limitées ]

L’accueil des spectateurs se fera selon une organisation particulière, dans le respect des mesures sanitaires et en application des règles en vigueur :

- Le port du masque sera obligatoire, 
- Respect des distanciations physiques,

- À l'entrée de chaque salle de spectacle, mise à disposition de gel hydroalcoolique.

Ces informations sont susceptibles d'être modifiées en fonction de l'évolution du contexte sanitaire.