Artistique

Villes des Musiques du Monde développe des créations musicales qui naissent à l’occasion du festival et font ensuite l’objet d’une tournée dans les villes partenaires ou en lien avec d’autres festivals.
La Scène conventionnée d’intérêt national Musiques & Danses du Monde au POINT FORT D’AUBERVILLIERS donne un nouveau souffle et facilite l’émergence et l’accompagnement de nouveaux projets, par une politique de soutien en production et en diffusion au sein du réseau VDMDM bien plus importante.
Ces rencontres artistiques ou créations peuvent voir le jour grâce à la mise en place de partenariats, d’une mobilisation de ressources de production et de diffusion mutualisée entre différents acteurs de notre réseau.

Des espaces de création, répétition et diffusion culturelle

Le chapiteau et la halle du Point Fort d’Aubervilliers sont les principaux lieux et espaces de diffusion. Ils accueillent la programmation de spectacles à l’année et durant le festival. C’est aussi un espace d’accueil de création et de répétitions d’ateliers de l’École des Musiques du Monde.
On y retrouve également une programmation régulière et trimestrielle dédiée aux musiques et aux danses du monde mais aussi au Jeune Public et aux familles.

Accueil de résidences d'artistes

Tout au long de l’année, nous mettrons à disposition d’artistes et d’équipes artistiques des espaces de travail et des moyens de production ou de coproduction.
Ces projets se diffusent au Point Fort d’Aubervilliers, dans le cadre du festival Villes des Musiques du Monde à l’automne mais aussi dans les territoires partenaires.

Les artistes

TIOMBÔ

[ C r é a t i o n ]

TIOMBÔ est une création au service du partage entre les cultures et les générations, une célébration des ancêtres, une prière de l’âme, une transe jubilatoire.

TIOMBÔ en créole mauricien, cela signifie « Tiens bon » « Garde le cap »…
TIOMBÔ, c’est la rencontre inédite entre le maloya et le sega tambour et des deux griots d’aujourd’hui, Olivier ARASTE de l’île de La Réunion (son groupe familial Lindigo créé en 1999 connait un grand succès à la Réunion et à l’International) et Lelou MENWAR, musicien « typique » de l’île Maurice, virtuose du tambour ravane dont le son envoûtant s’inscrit avec celui du rouleur (gros tambour), de la maravane (kayamb), du bobre (arc monocorde), et du kabosy (petite guitare malgache), dans cette musique créole qui chante l’histoire d’êtres déracinés.
Avec eux, le percussionniste d’origine mauricienne Kersley SHAM et FIXI pour le piano et surtout l’accordéon présent dans toutes les îles de l’Océan Indien, de Madagascar à la Réunion, jusqu’à Maurice, Rodrigues, Seychelles..
Sur scène, le décor est posé : celui de la cour d’une kaz créole, chronique du quotidien, là où l’on se retrouve, où l’on échange, où l’on vit.

Lelou MENWAR : chant, ravane, sanza, zenzé, maravanne & toys
Olivier ARASTE : chant, percussions, kabosy
FIXI : accordéon, piano & chœurs 
Kersley SHAM : ravanne, roulèr, maravanne, sati, toys & chœurs
Françoise DEGEORGES :
Direction artistique 

PRODUCTION/DIFFUSION Villes des Musiques du Monde – COPRODUCTION Théâtre de Nîmes – SOUTIEN À LA RÉSIDENCE Le Sax, Achères / Espace Renaudie, Aubervilliers – AIDE À LA CRÉATION Conseil Régional d’Île-de-France

Mehdi HADDJERI : Guitare, voix
Jérôme BERNAUDON : Basse
Florent SALLEN : Batterie
Christophe ISSELEE : Guitare
Frédéric ALVERNHE : Machines

TEMENIK ELECTRIC

[ A r t i s t e a s s o c i é ]

Depuis 10 années, TEMENIK ELECTRIC brouille les pistes avec sa pop épique, son arabian-rock et ses transes électrorientales. Plus d’une décennie à manier l’art du contre-pied, à désorienter les langues et les regards, à croiser les identités et les territoires.

2 EP, 3 albums et 300 concerts plus tard, le groupe marseillais mené par Mehdi Haddjeri demeure toujours un combo affranchi des clichés et du prêt-à-penser. Une sensation rock qui se révèle davantage dans les brumes de son dernier opus.

Avec LITTLE HAMMAM, nouvel album, TEMENIK ELECTRIC va plus loin, ou plus proche, selon le point de vue, esquissant une géographie sonore à l’instar de ces quartiers nichés au coeur des mégalopoles, ces lacis de rues aux effluves familiers et étrangers à la fois, aux mélopées échappées de cours intérieures.

TEMENIK ELECTRIC affiche ainsi son nouveau visage, volontiers composite. Émouvant et puissant. Complexe et décomplexé. Mutant et méditerranéen.

DENIS CUNIOT

[ A r t i s t e a s s o c i é ]

Création CUNIOT KUARTET

Un répertoire KLEZMER rempli de tendresses et délicatesses,
Une traversée de mélodies YIDDISH et KLEZMER inspirées par l’Histoire, interprétées et re-créées par une formation où les cordes, violon et violoncelle, dialoguent entre elles et se marient avec tous les modes de jeux de Denis Cuniot,

Un concert où la nostalgie est envahie et dépassée par les rythmes tsiganes et klezmer des Balkans portés par le tapan,
Une création où le groove de la percussion et les sonorités classiques des cordes permettent au piano de Denis Cuniot d’être plus « libre » que jamais.
Une friandise (zisvarg) yiddisho-klezmer !

Denis CUNIOT : piano et arrangements
Bruno GIRARD : violon et arrangements
Benoît GIFFARD : tapan, percussions et direction musicale
Naomi MABANDA : violoncelle
YOM : direction artistique

ROSE DES VENTS

[ C r é a t i o n ]

NAWAL & Catherine BRASLAVSKY se sont rencontrées au Festival des musiques sacrées du monde de Dijon. A l’écoute l’une de l’autre, il y eut d’emblée une étincelle.

L’une vibre du timbre profond et chaud de l’Afrique ancestrale et de l’Océan Indien, quand l’autre a une voix épurée et sensuelle qui aime faire résonner les voûtes romanes ou les forêts. Deux voix, nourries des musiques traditionnelles de leurs terres natales. Chacune joue de plusieurs instruments de percussion, à cordes et à vent qui permettent une grande diversité de couleurs musicales : grand doulcimer des Apalaches, gambusi (luth des Comores), bendirs, daf, darabuka, tanbura, flûtes, mbiras, handpan (type de hang), bols tibétains.

Deux femmes aux destins insolites et qui vont dialoguer, s’enrichir mutuellement, créer une musique commune exprimant les valeurs qu’elles soutiennent. Car ce sont deux voix de femmes qui interrogent notre monde d’aujourd’hui en célébrant le partage, la tolérance, la liberté, l’équilibre du masculin et du féminin, la nature. Autant de thèmes qui constituent le cœur du spectacle.

NAWAL  : chant et composition, gambusi , guitare, daf, flûtes, mbira du Zimbabwé, hang

Catherine BRASLAVSKY : chant et composition, grand doulcimer des Apalaches, bendir, tanbura, bols tibétains